La tombe de la tante Antoinette de Georges Brassens retrouvée à Paris

La tombe de la tante Antoinette de Georges Brassens retrouvée à Paris

     A 18 ans, en 1940, Georges Brassens avait quitté Sète pour Paris.  Il fut accueilli par sa tante, Antoinette, dans son appartement du 173, rue d'Alésia (XIVe). Le jeune Jo était désireux de changer d'air après la malheureuse affaire du vol de bijoux dans laquelle il était impliqué. Ce premier séjour parisien, qui durera trois ans, fut déterminant. Brassens composa ses premières chansons sur  le piano de sa tante. Il fréquenta assidûment la bibliothèque voisine du XIVe arrondissement. Il fit la connaissance de Jeanne, lingère et amie de sa tante, chez qui il se réfugia en mars 1943 après une permission du STO (Service Obligatoire du Travail) pour éviter de retourner en Allemagne. Antoinette est décédée en 1946. Des incertitudes entouraient l'endroit où elle avait été inhumée.

    Grâce aux recherches entreprises par Catherine Lopez, directrice des archives municipales de Sète, sa dernière demeure a récemment été relocalisée : elle se trouve au cimetière parisien de Bagneux, au sud du XIVe arrondissement, là où reposent également Jeanne et son mari Marcel, ainsi que Barbara ou encore Jean Vigo. Alors que l'on célèbre cette année le 30e anniversaire de la mort et le 90e anniversaire de la naissance du poète, Régine Monpays, directrice de l'Espace Brassens, est allée déposer une fleur sur la tombe de la tante Antoinette.

  Source: Midi Libre  du 14 avril 2011 

  Et aussi:  La mystérieuse tombe d’Antoinette, la tante parisienne de Georges Brassens  Source Midi Libre du 15 avril

 

Brassens