555

Des Pavés

  dans la Mare  

1 

3

4

5

6

RETOUR-PAGE ACCEUIL

 

Quand on fait taire la musique de la vie...  L'Arme de Dégustation Massive Est-ce que la vitesse qui ...nous  fait passer à côté de grandes choses ?  Parrainages; ils sont aussi menteurs
Aubrac: le plus bel des hommages

Aidez cet enfant

Il fait si bon vieillir..

Quand les Patrons se garantissent
 Lettre à  Jean (Ferrat)

Jean Jaurès vendu à un particulier

  mais le manuscrit restera finalement dans le domaine public Est-ce ainsi que les Hommes vivent
J'ai honte à MA FRANCE

Elle a essayé l'Amérique Lily

 Ca me révolte

Quand les hommes vivront d'amour...

Les banques c'est dégue' et la bible j'y crois pas

Elle a essayé l'Amérique Lily 2

   J.vidéOS  Gags

Le SDF de glace

La petite blague de Neil Amstrong

Parce que s'il y en avait qu'une ...
 

 Dany y boude !

La Nuit des Cristal ( Kristallnacht)

 Ma Cité, La Soude n'est pas un ghetto

The Air Food Project

L’aile gauche du PS en soins palliatifs

Vous sentez... ? Ça pue !

Un  dessin pour Gaza

2012 après Jésus-Christ

Humour Belge  2013

Expulsée à 94 ans

J'étais pas né ... mais je me souviens !

Au Ministre de l'Industrie et de la Maladie...

Elle avait 4 ans....

Munia

L' homme-en-fin-de-droits

Les Allumettes Pôle emploi

Jésus Christ s’est évadé

Prime à la casse pour les Ministres

Akhenaton du groupe IAM

N'habite Pas Tombe Indiqué

pendant que Marine se casse le c.... Pendant que Marine se casse le c...! Nous ne sommes pas influencés par les cigarettiers

LOBBIYING (1*)  ou CONFLIT D' INTÉRÊTS ?

C’est au restaurant Chez Françoise, à deux pas de l’Assemblée nationale que le fabricant de cigarettes British American Tobacco (BAT) a invité mercredi 29 mai des parlementaires à déjeuner, relate le Journal du Dimanche (JDD). Avant de régler une addition de 10.000 euros...
       

André Santini (UDI), Patrick Balkany (UMP), François Sauvadet (UDI), Jean-Claude Lenoir (UMP), Odile Saugues (PS) ou encore Dominique Bussereau (UMP), tous adhérents du club des parlementaires amateurs de Havane, étaient invités, selon le journal


        Le JDD note que ce déjeuner a été organisé à deux jours de la journée mondiale sans tabac et que la coquette addition a été réglée par la présidente de la filiale française de BAT, qui détient Lucky Strike, Vogue ou encore Dunhill.
        La députée socialiste du Puy-de-Dôme Odile Saugues est la seule convive a avoir accepté de répondre, précise le journal. «BAT entretient des relations dans le but de peser et faire passer des idées. Mais ça ne change rien, je vote toutes les hausses de prix», assure-t-elle.

        Le groupe socialiste se défend aussi dans les colonnes du JDD: «Chaque député fait ce qu’il veut et assume. Mais nous ne sommes pas influencés par les cigarettiers». (2*)

 

(1*) Le lobbying désigne la pratique des pressions et des influences qui s'exercent sur des hommes politiques, sur des pouvoirs publics et, plus largement, sur des décideurs.

(*2*) Mais c'est bien sûr ! Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

 

Un dictateur meurt sur son bidet...

 sacrum,...pendant que Marine se casse le c.... !

  d'après la Chronique de Jean Ortiz pour l'Humanité du 19 mai 2013 est uniquement en  caractères jaune.

(...), le dictateur et tortionnaire argentin Videla vient de mourir en prison, en train de déféquer. Les agences de presse disent qu'il "purgeait" (oui, c'est bien le mot!) une peine de cinquante ans de réclusion pour "crimes contre l'humanité".

Videla était le plus connu des trois serviteurs des Etats-Unis qui perpétrèrent le coup d'Etat de 1976 pour combattre "l'ennemi intérieur, le "communisme", par des méthodes barbares . Le "monde libre" avait tous les droits, toutes les excuses... 30 000 disparus, des dizaines de milliers de torturés, et une coopération sanglante entre bourreaux : le "Plan Condor". C'était le prix à payer pour empêcher "de nouveaux Cuba".

Les suppliciés, avant la dernière torture fatale, recevaient la bénédiction d'un prêtre. Les religieux allaient et venaient dans les centres de torture, les camps, comme on se promène dans un musée de l'horreur. Ils couvrirent et même organisèrent le vol de centaines de bébés à leurs mères détenues qui accouchaient en prison puis étaient assassinées. Tenus sans doute au "secret religieux", aucun dignitaire ensoutané, aucune instance officielle de l'Eglise, n'émirent la moindre protestation. Qui ne dit mot... devient complice de la barbarie.

Le symbole de la dictature vient de mourir, des dizaines de militaires ont été jugés et condamnés, des lieux de tortures transformés en musées de la mémoire. La justice et la vérité sont en marche... Les époux Kirchner ont annulé les "lois d'amnistie".

La présidente du Front national a été victime d'une fracture du sacrum sacrum, situé à la base de la colonne vertébrale. Elle est contrainte de limiter ses déplacements.

Attendue à Limoges pour un meeting dans le cadre du lancement de la campagne des municipales et des européennes, Marine Le Pen n'a pas pu se déplacer ce samedi 18/05. Son père, Jean-Marie, qui la remplaçait, a ainsi justifié son absence: «Marine n'a pas pu venir car elle a été victime d'un accident assez grave qui l'empêche de se déplacer. Elle est tombée dans sa piscine vide et s'est fait une fracture de la colonne vertébrale».

 (...)Il s'agit d'une «fracture du sacrum», l'os situé à la base de la colonne vertébrale.


Le dictateur Videla est, quant à lui, mort reclus sur sa cuvette. Tirons la chasse !


N'habite Pas à la Tombe Indiquée

 

Le fameux NPAI ( N'habite pas à l'Adresse indiquée) de mon temps d'activité aux PTT a disparu ?

C'est maintenant que je suis retraité , le NPTI ( N'habite pas à la Tombe indiquée) pour la nouvelle SA La Poste  ? 

Le numéro de la tombe était même stipulé sur le courrier...

Le fisc adresse un courrier   jusque dans la tombe

d'un contribuable décédé !

  

 

Le Trésor public a adressé un courrier à un contribuable mort, au cimetière d’Autheuil (Orne). Même le numéro de la tombe était précisé dans le libellé de l’adresse.
Visiblement, l’administration fiscale était bien décidée à rentrer en contact avec ce contribuable, décédé il y a quelques mois.
Après un premier retour à l’envoyeur, le courrier a été redirigé vers son ultime demeure : une tombe du cimetière d’Autheuil (Orne), qui jouxte celles de ses ancêtres.
Sur l’enveloppe, l’adresse de la personne décédée est rayée et remplacée par « cimetière d’Autheuil - tombe 19 - 61190 Autheuil ». Le facteur, surpris par ce libellé, a remis le pli à Béatrice Devedjian, maire de la commune.

La municipalité espère trouver des descendants pour leur remettre ce pli.
     


Akhenaton du groupe IAM

 

Il y a quelques jours, je regardais un documentaire dans lequel était interviewé un jeune homme qui participait à la fameuse "marche des beurs" en 1983. Un de mes fils, qui a 18 ans, me fit remarquer que ce jeune homme s'exprimait extrêmement bien, clairement et connaissait parfaitement son sujet. Je lui répondis que dans ces années là, les jeunes des quartiers étaient politiquement "conscientisés", qu'ils étaient capables de s'organiser au delà d'émeutes tiers-mondistes, et qu'ils pensaient en conjuguant tous les verbes avec "nous". Et pour moi, voilà le terrible changement auquel nos sociétés, principalement urbaines, doivent faire face : l'ultra-individualisme...

Et le 11 septembre 2001 a scellé le côté irréversible de ce changement, car le premier support culturel de notre pays qu'est la télévision a complètement basculé dans un flot d'informations tragiques et effrayantes, de publicités rassurantes et de téléréalité absurde. L'information se délecte de faits divers violents qui étaient cantonnés aux colonnes de la sixième page du journal local il y a 30 ans. Et tous les Français se disent," mon Dieu, que ce pays est devenu violent !". Violent ? Des aînés me racontaient l'autre jour comment ils se battaient dans les années 60, à 400 gars contre 400 bougres, ou à l'époque des "blousons noirs", comment le public s'affrontait à coup de chaises et de barres de fer pendant un concert de... Johnny ! Cela renvoie le grand méchant "gangster rap" français, si souvent décrié, dans la catégorie "musique pour enfants", si ça se passait aujourd'hui, ces "bastons" feraient la une du JT de 20 heures, et pour peu que les protagonistes soient des "caïds de cité - noirs - arabo - musulmans - armés jusqu'aux dents", on en aurait pour 6 mois...

Effectivement, les gamins des quartiers n'ont majoritairement plus aucune conscience sociale, ni politique. Ils veulent ressembler à "monsieur tout le monde", mais version riche. Car les formidables émissions télé qu'ils affectionnent leur rabâchent que l'apparence est primordiale, la forme l'emporte sur le fond. Du coup, ils veulent la femme avec la parfaite plastique, l'appart, la grosse voiture, les vêtements chers, et si possible: la rolex... Et si certains d'entre eux sont délinquants pour pouvoir accéder à leur idéal, ce ne sont pas des "robin des bois", ce sont des délinquants ultra-libéraux.

Ah... pour s'intégrer, ils se sont bien intégrés! Puis, lorsqu'ils s'aperçoivent que le modèle libéral ne fonctionne pas pour tous, ils partent en quête d'un idéal des origines, qu'ils ne connaissent pas pour la plupart, et le trouvent dans la voie des interprétations extrêmes car c'est la seule qui les valorise à leurs yeux, c'est la désintégration.

Dans tous ces changements de cap, les maître-mots sont "s'en sortir". Seul. Les réseaux sociaux sont là pour l'attester, tout comme les forums, les commentaires correspondent souvent à un gonflement de l'égo. Un quotidien coincé entre clics, buzz, tweets, et vues...

D'un autre côté, chez certaines personnes qui vivent un rêve gauchiste en habitant dans le 19ème à Paris ou au Panier à Marseille, qui vont aux "sardinades" comme les prolos, et qui nous distillent à nous les gens du Hip-Hop, des leçons de comportement à longueur de temps, on ne fait aucun effort pour cerner cette jeunesse. Puis vient la tarte, bien lourde, un dimanche, en rentrant chez soi, et on se fait voler son portable dans la foulée, les dangers du 19ème n'est-ce pas ? Ils étaient de gauche... jusqu'à l'agression.

Pour finir, dans cette France "profonde" ou on se jalouse, ou on vole la veste du petit camarade de son fils sur le portant de l'école maternelle tout en pestant contre les immigrés, ou on se délecte de voir des "stars" déchues de la télévision s'exploser dans une piscine en sautant de quinze mètres, on est convaincu que le pays sombre dans la violence. Oui, toute cette violence exhibée dans les médias est un formidable outil promotionnel, elle engendre la peur et la peur engendre la division, le désir de sur-consommation et la désignation de "l'autre" comme coupable d'une hypothétique situation critique. On s'isole, on essaie de "faire son trou" et les nouvelles valeurs télé-réalité-esques nous disent qu'on peut tricher, dénoncer, critiquer, faire des sale coups : c'est cool ! C'est le jeu ! Chacun sa mère comme on disait quand on était minots ! En bout de chaîne, les hommes et femmes politiques se sont adaptés à ce système, ils "squattent" les antennes radio, télé à tel point qu'on a le sentiment que c'est cela leur boulot finalement. Non, leur boulot c'est d'exécuter les tâches qu'ils ont promis d'accomplir quand ils ont été élus, à moins qu'ils ne travaillent depuis un bureau à BFM, i>Télé ou RTL... Auto-promo permanente... Il faut savoir se placer.

Dans tout ce chaos, je ne sais même pas ou me situer, je ne dis pas que je suis meilleur, je tombe certainement dans un de ces cas de figure parfois. Mais j'essaie de lutter contre, de penser au pluriel, éduquer mes enfants correctement, exprimer mon amour aux miens quotidiennement et faire des choses qui me semblent bien autour de moi constitue un premier pas. J'espère en tout cas, que notre beau pays dans les espoirs, les luttes et les épreuves qui l'attendent, conjuguera son futur avec "nous"...

Akhenaton du groupe IAM


chimulus patrons bonus Le bonus Ecolo et la prime à la casse : La collection 2010

Vite, une prime à la casse pour les vieilles voitures déclarées par les ministres

 

En quoi roulent les ministres ? En grande berline de fonction, certes. Mais, dans leur déclaration de patrimoine, la plupart déclarent en effet rouler dans de vieux véhicules

 

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault affirme posséder un vieux Combi Volkswagen (la voiture des hippies) de 1988. Aïe, ça pollue un véhicule de ces années-là, non ? Valeur déclarée: 1.000 euros. Heureusement, le  Premier ministre avoue aussi un monospace compact plus récent, un Citroën Picasso de 2009.

Vincent Peillon, ministre de l'Education nationale, déclare la possession d'une Peugeot 407 de 2006 (valeur aujourd'hui : 1.000 euros).

Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Marisol Touraine (Affaires sociales) ont aussi des 407, de 2007 et 2008 respectivement. 

C'est quand même moins vieux qu'une Peugeot 406, prédécesseur de la 407, reconnue par Hélène Conway-Mouret, chargée des Français de l'étranger. La sienne date de 1999

Chez Thierry Repentin, on a deux véhicules,  mais pas de prime jeunesse, telle cette berline Renaukt  Laguna Initiale de 2006. Le ministre délégué aux Affaires européennes a aussi un Scénic de 2009.

Stéphane Le Foll, à l'Agriculture,  lui, a une Clio antédiluvienne de 1994 (et une moto BMW de 2001). Son délégué à l'Agroalimentaire, Guillaume Garot, roule en Renault Mégane diesel de 2006.

Marie-Arlette Carlotti (Personnes handicapées) dispose d'un 4x4 Toyota Rav 4 de 2005 ("made in Japan", ouille, mais que fait Arnaud Montebourg !).  Bon, elle a aussi une Smart, produite par le groupe Daimler en Lorraine, ouf !

Benoît Hamon (Economie sociale et solidaire) aime aussi les vieilles, avec son Opel Corsa âgée de sept ans. 

Le couple Le Drian déclare se partager un Suzuki Wagon R (minispace de bas de gamme) de 2004. 

Mais Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, avoue une deuxième, récente elle, à savoir une mini-Lancia Ypsilon de 2012. Ca fait partie d'ailleurs des plus récentes, avec la petite Citroën C3 (2011) de Fleur Pellerin, aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique, la Twingo (également de 2011) de Geneviève Fioraso à l'Enseignement supérieur et la recherche. La plus neuve, une Renault Clio de 2012  appartenant à Maylise Lebranchu (Réforme de l'Etat).

 Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici ne déclare en revanche aucune voiture, pas plus que Manuel Valls à l'Intérieur,  ou Laurent Fabius aux Affaires étrangères. 

 

Cet exercice de "transparence " a évidemment ses limites, puisque tous ces gens-là roulent en voiture de fonction (neuve) aux frais du contribuable. Et beaucoup d'entre eux sont abonnés depuis longtemps, de par leurs postes, à des véhicules de la République....

En tous cas, les modèles déclarés sont politiquement tout à fait corrects. Ils sont plutôt âgés, ne sont nullement ostentatoires, et arborent les logos de marques très majoritairement françaises.

Ah non,  tiens, Christiane Taubira (Justice) roule en... coréenne, à savoir une Hyundai de 2008, d'un modèle non indiqué ! 

Source La Tribune

FLASH SPECIAL INFOS  de notre envoyé spécial en Firth april - Dany Antoniol-  FLASH

Nous apprenons à l’instant que l’anarchiste Jésus Christ s’est évadé ce matin.
En effet, après son exécution par l’armée romaine, il semblerait que dans la réalité il aurait feint la mort, l’apparence du décès aurait pu être obtenue grâce à une potion magique qui donne une expression cadavérique que lui aurait fait parvenir un mystérieux druide gaulois.
Nous s
avons que Jésus entretenait des relations amicales avec une faction de la gaule unie, et que suite à une trahison d’un de ces complice (qui à touché une prime de 30 dollars) avait été arrêté, jugé et condamné à mort. Peine qui avait été confirmée par le préfet Ponce Pilate qui à ce moment se lavait les mains. Ecce homo lui a dit un des soldats en lui présentant celui qui se prenait pour le fils de dieu.
Ce dernier, est donc sorti de sa catalepsie et c’est évadé du cimetière dans lequel il avait été inhumé. On pense que c’est avec l’aide de sa bande qu’il a pu partir et que le code aurait été le cri du coq. On recherche activement ces 11 complices (le douzième s’étant pendu).
Le chef de la bande aurait été aperçu sur l’autoroute du soleil menant à Gaza roulant à tombeau ouvert. Il a été pris en chasse par une patrouille de CRS (compagnie romaine de sécurité), mais ils ont perdu sa trace près du mont Sinaï. Les enquêteurs ont voulu interroger Marie, mais cette dernière se serait envolée.
Une enquête est actuellement menée par les limiers romains dans les milieux révolutionnaire palestiniens et le préfet Ponce Pilate aurait présenté sa démission à l’empereur.


 

Les Allumettes Pôle Emploi !

http://sudedulor.lautre.net/spip/IMG/png/ouvrezLa-2.png Un chômeur s'immole devant Pôle emploi

Il devait à peu près  620€ à Pôle Emploi. La règlementation Unedic prévoit la possibilité d'une remise des allocations indûment perçues et quand le montant de l'indu est inférieur ou égal à 650 euros,
Le "délégataire Pôle Emploi" ne l'a pas fait…

Mr Chaab s’est immolé à Nantes !

Pôle Emploi dépense 75000 euros pour un cocktail dînatoire interne

La seule facture du traiteur  indique 53 773 euros nets pour un cocktail dînatoire servi à 900 invités (notamment des cadres de la direction générale de Pôle emploi basée à Paris), soit tout de même 60 euros de vins et petits fours par personne, 

 

Où faut-il mettre le feu ?


Le 13 février 2013, dans mon pays, la France, un homme s’est suicidé par le feu.

Un homme-en-fin-de-droits.

Imagine-t-on ce que ces mots peuvent avoir de terrible sens ?

Fin de droit de manger.
Fin de droit de s’amuser.
Fin de droit de voir ses amis.
Fin de droit de vivre.


Et c’est ce qu’il a fait cet homme-en-fin-de-droits, il a cessé de vivre puisque la société l’a mis en-fin-de-droits.

Et Monsieur Ayrault bien propre sur lui, Premier ministre d’un gouvernement "socialiste", est venu cracher sur le corps encore chaud de l’homme-en-fin-de-droits, éructant les mots creux qui lui sont coutumiers "mon gouvernement est engagé dans la lutte-contre-le-chômage."

Monsieur Ayrault a du mal à cacher son sourire de triomphe sur France 3, même devant la dépouille de l’homme-en-fin-de-droits, d’avoir obtenu la signature de syndicats traîtres à leur cause au bas d’un accord qui va démultiplier les hommes-en-fin-de-droits.

Monsieur Ayrault et ses amis ne connaîtront jamais les fins de mois difficiles, encore moins l’état de fin-de-droits.

Monsieur Ayrault et ses amis ne connaîtront jamais le bruit de la facture qui tombe dans la boîte à lettres de l’homme-en-fin-de-droits qui sait qu’il ne peut la payer.

Monsieur Ayrault et ses amis distribuent des millions aux actionnaires de PSA et de Goodyear, des 3 Suisses et d’Unimétal qui produisent tous les jours des milliers d’hommes-en-fin-de-droits.

Monsieur Ayrault et ses amis sont les assassins de l’homme-en-fin-de-droits qui, le 13 février 2013, dans mon pays, la France, s’est suicidé par le feu.


Merci à Sylvette R...., infirmière retraitée, syndicaliste CGT.,à laquelle j'ai "emprunté" cet article.


    3


 

Elle avait quatre ans

lorsqu’elle fut grièvement blessée dans un attentat de l’OAS visant André Malraux. Le sort de l’enfant mutilée, aveuglée, souleva alors une grande émotion. C’est après cet attentat que fut organisée la manifestation sauvagement réprimée au Métro Charonne. Aujourd’hui psychanalyste, Delphine Renard entretient la mémoire des victimes de l’organisation criminelle. Elle demande que soit officiellement reconnue par l’État la brutale répression qui coûta la vie à neuf manifestants, communistes et syndicalistes, le 8 février 1962. 

 

 

Comment mesurez-vous la responsabilité de l’État français dans le massacre de militants anti-OAS le 8 février 1962 ?

 Delphine Renard. Il est scandaleux que les recours intentés par les proches des victimes se soient toujours soldés par une non-reconnaissance de la responsabilité de l’État dans ce massacre. Comment comprendre que les victimes, écrasées sous les grilles d’arbre jetées par les policiers ou tabassés à coups de « bidules » n’aient pas reçu un franc d’indemnisation, alors que d’anciens terroristes aux mains pleines de sang se soient vus, après leur amnistie, attribuer de confortables pensions ?

Un demi-siècle après les faits, pourquoi ce massacre et celui des Algériens, le 17 octobre 1961 ne sont-ils  toujours pas reconnus comme des crimes d’État ?

Delphine Renard. J’avais été très émue que le premier geste du candidat François Hollande ait été, le 17 octobre 2011, d’aller jeter des roses dans la Seine en hommage aux Algériens noyés par la police française, le 17 octobre 1961. En 2012, à l'occasion du 51e anniversaire de cette manifestation, le président Hollande a reconnu au nom de la République la « sanglante répression » au cours de laquelle ont été tués « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l'indépendance ». Avec le Comité Vérité et Justice pour Charonne, j’attends, en confiance, un geste au moins équivalent pour les victimes de la tragédie du 8 février 1962.

Symbole de la barbarie de l'OAS, vous ne vous êtes exprimée publiquement qu’à l’occasion des cinquante ans du massacre de Charonne, l’an dernier. Pourquoi avez-vous choisi de sortir du silence ?

 

Delphine Renard. Je raconte ce cheminement dans un livre qui va sortir chez Grasset le mois prochain, et qui s’intitule « Tu choisiras la vie ». De par ce qui m’est arrivé, je porte une responsabilité à l’égard de tous ceux qui, atteints par le terrorisme de l’OAS, y ont perdu la vie et ne sont plus là pour en témoigner. Je me sens tout particulièrement redevable envers les neuf personnes massacrées par la police de Papon au métro Charonne, le 8 février 1962, alors qu’ils manifestaient pour la paix en Algérie et clamaient leur indignation contre les méthodes de l’OAS, au lendemain de l’attentat contre André Malraux dans lequel, enfant de quatre ans, j’avais été grièvement blessée. 

Source: L'humanité.fr (8/02/2013)

 

 


istre

 


CLIQUEZ ICI

 ou SUR L'IMAGE


 

Expulsée à 94 ans de sa maison de retraite

Quand on sait ( ou pas !) que le rendement moyen  des profits d'une Maison de retraité Privée est de + 25% , on comprend pourquoi il faut RENTABILISER

 ( au mépris des lois et de la dignité humaine !)

 

Une nonagénaire a été recueillie par l’hôpital de Châteaudun, vendredi 4 janvier 213, après avoir été expulsée de sa maison de retraite des Hauts-de-Seine pour cause de loyers impayés.  

C’est une bien étrange malade que les urgences de l’hôpital de Châteaudun ont prise en charge, vendredi après-midi. Car cette femme de 94 ans ne souffrait d’aucun problème médical. Son seul tort : être en retard du paiement de ses loyers de la résidence médicalisée privée dans laquelle elle vivait à Chaville (Hauts-de-Seine). Elle a tout bonnement été mise à la porte, en plein hiver.

 

La direction de l’établissement (*) a en effet appelé une ambulance et mis la nonagénaire dedans, avec toutes ses affaires personnelles. La maison de retraite a payé le prix du transport jusqu’à Brou, commune d’Eure-et-Loir où le fils de sa pensionnaire était domicilié avant de déménager, avec pour consigne au chauffeur de taxi, si la porte était close, d’aller aux urgences de l’hôpital de Châteaudun. « C’est la première fois que nous sommes confrontés à une telle situation », confirmait, hier, un membre du personnel de l’hôpital dunois. Nous avons contacté la maison de retraite en question, mais elle a refusé de reprendre sa pensionnaire. »

 « C’est honteux et complètement illégal » L’hôpital eurélien est scandalisé : « C’est honteux et complètement illégal en pleine trêve hivernale qui interdit les expulsions, y compris des établissements de santé. L’hôpital va d’ailleurs faire un signalement à la gendarmerie. » L’établissement dunois a réussi à contacter le fils de la pensionnaire, qui est actuellement en vacances dans le sud de la France. Il a promis de venir chercher sa mère, mais il ne pourra pas rejoindre l’Eure-et-Loir avant demain lundi. La direction a donc décidé, en attendant, de prendre soin de la retraitée. L’assistante sociale de l’hôpital s’occupe d’ailleurs de son dossier. Mais il est probable que l’expulsion d’une dame âgée de 94 ans renvoyée sans savoir où elle échouera, ne restera pas un dossier sans suite pour la maison de retraite de Chaville.

Laurence Franceschina source La Montagne.fr http://urlz.fr/3T2

(*) Malgré nos sollicitations, la direction de la résidence médicalisée privée de Chaville n’a pas pu être jointe hier. Les services de l’État n’étaient, de leur côté, pas informés.

 


 

Le maire du village belge de Depardieu présente ses vœux ... en Astérix !

 

http://images.midilibre.fr/images/2013/01/02/le-maire-de-nechin-a-revetu-le-costume-d-asterix-pour-ses_501310_510x255.jpg

Le bourgmestre de la commune d'Estampuis, entité dont fait partie le désormais célèbre village de Néchin, ne manque pas d'humour.

Il a décidé de présenter ses vœux déguisé en Astérix.

 

"Oui Obélix ne t'inquiète pas, je fais en sorte que tu ne manques pas de sanglier pour le banquet des voeux".

http://www-prod.midilibre.clients.sdv.fr/images/2013/01/02/nechin2_501311.jpg

Dans la vidéo, Daniel Senesael, le bourgmestre (maire), déguisé en Astérix, organise le banquet pour célébrer l'arrivée d'Obélix, le personnage de BD incarné au cinéma par Gérard Depardieu

                                        
Pour nos amis les français, une fois ..... 2/1/13


PAS SI DRÔLE QUE CELA : Une version actualisée d'un passage de l'Ancien Testament !


En 2012 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit :

Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée.
Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains.
Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !!!

Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale.
Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir!

Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé:

J'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie.
Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue.
J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord.

L'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous.
Ils ont refusé de me croire.

La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales.
J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n'y a fait.

J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.

Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge. Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.

Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour "tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme dangereuses".

Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet.

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a luit.
          Tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé
          Inutile, répondit Dieu, l'Administration s'en charge !


22



Vous sentez... ?  Ça pue !

Vous sentez... ? Ça pue !Les évènements se succèdent et malheureusement se ressemblent : chasse au Roms, provocation devant la mosquée de Poitiers, incitation à la délation par un ministre irresponsable, slogans décomplexés, militants communistes agressés... Ces événements xénophobes abondent l'actualité.

La colère est instrumentalisée et entretenue par des déclarations politiques d'un simplisme et d'une bêtise déconcertante. Comment ne pas voir le discours communautariste aux relents racistes dans l'histoire des Pains au chocolat de Jean-François Copé ?

Ce sont des années de discours, de polémiques, de débats instrumentalisés par une droite kamikaze qui ont préparé le terrain d'une extrême droite provocatrice et terrifiante.


La chasse aux boucs-émissaires continue : musulmans, Roms, homosexuels, transsexuels, jeunes de quartiers populaires, sans-papiers, grévistes, chômeurs, fonctionnaires... La Une du Point de ce weekend en atteste.


La stigmatisation systématique des croyants, des manières de vivre, des origines sociales, des cultures... banalise les stéréotypes. Ainsi, les musulmans sont des terroristes-intégristes, les Roms des voleurs de poule, les jeunes de quartiers populaires des casseurs, les fonctionnaires des fainéants, les grévistes des agitateurs, les chômeurs des assistés, les pauvres manquent de volonté... De clichés en clichés, les regards changent et le rejet de l'autre s’amplifie dans un climat de jalousie et/ou de méfiance.

La division est l'arme des dominants pour bannir toute conscience de classe.

Dans ce contexte de crise, d'insécurité sociale, ne laissons pas la droite, l'extrême droite et ses groupuscules orchestrer « l'affrontement identitaire ».


 

 

L’aile gauche du PS admise en soins palliatifs au CHU de Toulouse.

27 Oct 2012

Alors qu’elle participait à un congrès du parti social libéral, l’aile gauche du PSL a été admise en soins palliatifs du CHU de Toulouse dirigé par le professeur Jean Louis Bayrou. Selon le médecin qui a signé l’admission au sein de ce service qui prend en charge la fin de vie, il ne s’agît pas d’un accident médical soudain mais bel et bien des conséquences d’une longue agonie. Cette agonie est, toujours selon ce médecin, provoquée par le syndrome de “Delors et Rocard”. Ainsi, l’ambiance délétère et stressante dont était victime l’aile gauche du PSL, avant et pendant le congrès auquel elle assistait, n’est pas la cause de sa pathologie.

Notre correspondant accrédité pour suivre le congrès du PSL sur place a obtenu une interview exclusive du professeur Jean Louis Bayrou. ( 
Merci à l'Agence A Gauche pour de Vrai  qui a dévoilée l'affaire en premier)

A gauche pour de vrai: professeur, dans quel état est en ce moment l’aile gauche du Parti Social Libéral?
Jean Louis Bayrou: pour tout dire critique, et c’est la raison pour laquelle j’ai autorisé en urgence son admission au sein du service que je dirige.

AGPDV: il n’y a donc vraiment plus aucun espoir?
JLB: malheureusement non. L’évolution du patient montre une longue mais bien réelle aggravation de son état général. Ce qui est typique du syndrome de “Delors et Rocard” que je connais particulièrement bien. Au début, le lobe cérébral gauche est d’un volume sensiblement identique au droit. Puis lentement, mais irrémédiablement, les cellules nerveuses de l’hémisphère gauche migrent vers la droite. C’est cela le syndrome de “Delors et Rocard”. Pour ce qui est de notre patient, les cellules migrants vers la droite sont légions depuis 2005. A terme, cela provoque la disparition du cerveau gauche et donc la mort.

AGPDV: comment pouvez-vous mesurer ces migrations cellulaires?
JLB: grâce aux techniques classiques d’imagerie qui sont très précises de nos jours. En 2005, le lobe gauche représentait 45,24% du volume cérébral total du patient. Ce qui est déjà dans la limite inférieure pour lui garantir une pensée globale de gauche correcte. En 2008, la détérioration est brutale et la gauche ne représentait plus que 18,52% du volume global. Aujourd’hui, nous sommes nettement en dessous de 15%.

AGPDV: mais quelles sont ces cellules nerveuses migrantes de la gauche vers la droite. On peut les caractériser?
JLB: absolument. Il est même indispensable de le faire, car certaines de ces cellules remplissent des fonctions plus importantes que d’autres. Ainsi, en 2008, la cellule Montebourg, qui a pour fonction de contribuer au renouvèlement du fonctionnement du cortex gauche, a subitement migré dans la région Royal du lobe droit, puis dans l’aire Aubry. La cellule Montebourg semble s’être stabilisée aujourd’hui autour du noeud Ayrault, un petit noyau de nerfs localisée dans la zone libérale et patriotique du cerveau droit.

AGPDV: vous avez réussi à isoler d’autres cellules mouvantes?
JLB: tout à fait. Et la plus intéressante est sans aucun doute la cellule Hamon car elle est la caution la plus forte du cortex gauche. Et il est particulièrement inquiétant d’observer le véritable bond qu’a fait cette cellule lors de sa migration. A la différence de la Montebourg, elle n’a pas migré de manière progressive. Elle est passée brutalement du néo cortex Un Monde d’Avanceà la région Moscovici du cerveau. Or, la sphère cérébrale Moscovici est spécialisée dans le traitement cognitif du bonus fiscal des volatiles urbains. Ce qui caractérise parfaitement l’activité générale du cortex droit. Enfin, lorsque la cellule Hamon migre, elle entraine dans son sillage de nombreuses cellules résiduelles. Certaines sont conséquentes comme la Emmanuéli, d’autres spécialisées dans l’orientation dans l’espace comme la cellule Hammadi.

AGPDV: pouvez-vous éclairer nos lecteurs sur ce que vous entendez par l’orientation dans l’espace?
JLB: il s’agit en particulier de la gestion neuronale de la gravitation, ce qui est indispensable, par exemple, lorsqu’on pratique le saut en parachute.

AGPDV: et comment ces cellules se comportent-elles après leur migration?
JLB: votre question est pertinente. Car le comportement de ces cellules migrantes peut laisser croire qu’elles continuent de fonctionner comme avant. Mais en réalité, elles assument clairement des fonctions indispensables au lobe cérébral droit. Ainsi peuvent-elles donner l’ordre aux connections synaptiques qui commandent la motricité d’appuyer sur le bouton du non au TSCG et dès le lendemain sur le bouton oui à propos de la loi organique qui institue la règle d’or.


AGPDV: peut-on parler de schizophrénie?
JLB: non, certainement pas! Il s’agît plus véritablement du complexe de mythomanie!


AGPDV: mais il n’est pas possible de régénérer le cortex gauche? Il lui reste tout de même encore 13, 4% de volume global?
JLB: j’aimerai pouvoir vous répondre oui. Mais dans les faits, les cellules toujours fixées à gauche n’ont pas du tout les fonctions aussi essentielles que pouvaient avoir les cellules Montebourg et Hamon. Et je ne vous ai même pas parlé de cellules tout aussi importantes, comme la Fabius ou la Bartolone, qui désormais remplissent des fonctions cérébrales extrêmement importantes du côté droit mais qui avaient migré plus tôt il est vrai.


AGPDV: c’est donc une fin programmée que vous nous décrivez là? Pouvez-vous annoncer une date?
JLB: je préfère ne pas répondre à cette question par respect de celles et ceux qui gardent espoir et ne veulent pas admettre la réalité. Espérons que le patient passe la Toussaint.


Pas besoin d’être le professeur Jean Louis Bayrou pour comprendre que la fin de l’aile gauche du Parti Social Libéral peut maintenant survenir à tout moment. Aussi est-il sans doute souhaitable d’accepter un deuil inévitable et se tourner de nouveaux vers la vie et des projets de gauche, ambitieux, socialistes, républicains et écologiques. Espérons que les quelques cellules de gauche du PSL non encore atteintes par le syndrome “Delors et Rocard” sachent faire ce choix.
 


 

Une campagne intitulée The Air Food Project

 

Afin de sensibiliser l'opinion et de créer un véritable mouvement à l'échelle européenne, le collectif associatif lance une campagne intitulée The Air Food Project. Le principe : se filmer en faisant semblant de manger dans des assiettes vides car, "dans quelques mois, 18 millions d'Européens, eux, ne feront pas semblant".

     Il ne reste plus que trois mois pour sauver l'aide alimentaire européenne.
Avec la fin annoncée du programme européen aux démunis (PEAD), les associations caritatives risquent fort de perdre quelque 500 millions d'euros annuels qui leur permettent de distribuer des repas à 18 millions de personnes.

Pour Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, cet abandon symbolise "l'odieux qui se mêle au ridicule. L'odieux d'une Europe où grandit le chacun pour soi. Le ridicule de ce que coûte le PEAD : 1 euro par an et par Européen, ce qui est dérisoire".

En France, le PEAD représente en moyenne un tiers de l'aide alimentaire pour des organisations comme les Restos du Cœur, le Secours populaire ou la Croix Rouge.
Le compromis obtenu par la France l'an dernier arrive à son terme et un nouveau programme doit être voté avant décembre 2012.
Et sept pays, Allemagne en tête, renâclent manifestement.


 

Dites moi que c'est un mauvais remake?
La Nuit de Cristal ( Kristallnacht) en allemand ) pas loin ? 
 

Des habitants expulsent les Roms et brûlent leur camp
Publié le jeudi 27 septembre 2012 à 21H54 La Provence

I
nquiétant signe des temps. Ce soir, vers 19h30, une cinquantaine d'habitants à proximité de la cité des Créneaux; dans les quartiers Nord de Marseille, se sont rassemblés pour procéder eux-mêmes à l'évacuation d'un camp de Roms qui s'étaient installés sur un terrain vague quatre jours plus tôt.
Après le départ de la quarantaine de personnes, les riverains ont aussi incendié tout ce qui restait du campement illicite. La police n'a pu que constater les faits, sans relever d'infraction. Ceux qui ont organisé cette expulsion reprochaient aux Roms plusieurs cambriolages qui s'étaient produits à proximité immédiate du campement

 

Pour Pierre Dharréville, secrétaire départemental du PCF 13, "la classe des riches est en train de gagner sa guerre: au lieu de renverser la table, les victimes se battent entre elles. La crise sociale s’est muée en crise de civilisation."

L'Humanité.fr publie 'vend 28 sept. 2012) sa réaction:


Des familles en proie à la grande misère violemment rejetées par des habitants de nos quartiers qui la côtoient eux-aussi d’assez près. Le récit nous glace le sang. Qui sommes-nous, hommes, femmes ? Que veut-on nous faire devenir ?
La crise financière s’est muée en crise sociale. Comme le dit le milliardaire Warren Buffet, la classe des riches est en train de gagner sa guerre : au lieu de renverser la table, les victimes se battent entre elles. La solidarité perd du terrain. La crise sociale s’est muée en crise de civilisation. L’humanité se cherche. La guerre de tous contre tous est là, alimentée par les discours d’inspiration raciste qui continuent de se déchaîner. Chacun se débat dans des voies sans issues. Chacun veut vivre.
Ce sont des gestes graves que nous n'acceptons pas car ils portent en eux la barbarie. Cette réaction révoltante, nous ne voulons pas tomber dans le panneau d’en faire porter la responsabilité première aux habitants. On ne répond à leurs difficultés croissantes que par des salves d’austérité et on leur a désigné des boucs-émissaires. C’est l’Etat lui-même qui a donné le mode d’emploi de la chasse et de la destruction de leurs maigres biens.

Cette réaction n’est que le résultat de la stigmatisation acharnée dont les Rroms sont les victimes depuis trop longtemps déjà et du refus des autorités de leur apporter des solutions. Dans les endroits où il en a été autrement, nous n’en sommes pas arrivés là.
Il est grand temps de donner un autre signal que celui du rejet de l’autre aux Rroms. Et il est grand temps de mettre un vrai changement à l’ordre du jour. Ce n’est pas pour rien que nous avons dit : «L’humain d’abord !»
Notre soutien continuera de se manifester auprès des Rroms et notre engagement auprès des populations de nos quartiers.

C’est ensemble que nous pourrons aller chercher des solutions, parce que nous disons tous la même chose : nous voulons vivre !

Galériens de tous horizons, unissons-nous !


Cohn-Bendit , mauvais perdant,  à recours à une invective qu'il a dû entendre maintes fois en Mai 68 en accusant les Verts de "Gauchistes "!

* En référence au célèbre slogan soixante-huitard « Nous sommes tous des juifs allemands » résumant le soutien des jeunes à celui que la presse nomme « Dany le rouge ».

Au lendemain du vote du conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts contre la ratification du traité budgétaire européen, Daniel Cohn-Bendit a déclaré qu'il suspendait "provisoirement" sa participation au mouvement. Mais "dans mon fort intérieur, entre Europe Ecologie et moi maintenant, c'est une histoire terminée", a-t-il lâché.
"Il y a une dérive gauchiste à l'intérieur d'Europe Écologie", a-t-il également déclaré sur BFMTV.

Mercredi, Daniel Cohn-Bendit avait appelé ses "amis" à quitter le gouvernement s'ils ne votaient pas pas le traité.

Samedi 22/09, lors du Conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts,
une motion anti-traité a été adoptée par 77 voix pour, 24 contre et 8 abstentions.

Le Traité sur la stabilité, la coordination et le gouvernance (TSCG) ne répondra pas "durablement" à la crise et "constitue un obstacle à la transition écologique", explique la motion qui recommande aux parlementaires écologistes de soutenir ces positions lors des débats et des votes au Parlement.


Parce que s'il y en avait qu'une ...

...ce ne pouvait être que celle là  !

Mon père

http://img526.imageshack.us/img526/7150/9782918455004.jpg

 

 

Illustrée par Michaël Lozé, sur des scénarios de : Anton, Arnaud David-Verdoncq, Petit Basque, Ch’rouennais, Michaël Lozé et Laurent Honel. Préface de Didier Wampa


12 chansons des Fatals Picards illustrées en 56 pages et mises en bulles de façon drôle, originale, engagée mais décalée, parfois émouvante...

 

 

 



Tout le monde connaît la célèbre phrase prononcée par Neil Armstrong lorsqu’il mit le pied sur la lune le 21 juillet 1969 : ” C’est un petit pas pour l’Homme, mais un bond de géant pour l’Humanité “. Mais il en existe une autre, bien moins connue, qu’il prononça en revenant dans le module : ” Good luck mister Corski “.

De retour sur terre, on lui demanda maintes fois le pourquoi de cette phrase, en particulier la CIA (on était en pleine guerre froide, et Corski était un nom à consonance russe) ; mais Armstrong refusa toujours de s’expliquer, se contentant simplement de sourire chaque fois qu’on lui posait la question.

En 1995 à Tampa Bay (Floride), un reporter ramena cette question vieille de 26 ans ; et, à la surprise générale, Armstrong annonça qu’ayant appris que le mystérieux Monsieur Corski était décédé la semaine précédente, il se sentait maintenant le droit d’expliquer la phrase énigmatique.

Il raconta alors qu’à l’âge de douze ans, il jouait au baseball avec un ami dans son jardin, et qu’allant chercher la balle qui était tombée sous la fenêtre de ses voisins, les Corski, il entendit Madame Corski dire à son mari : ” Oral sex ! You want oral sex ? You’ll get oral sex when the kid next door walks on the moon ! “. («Tu veux une pipe ? Tu auras une pipe lorsque le gamin d’à-côté marchera sur la lune ! »).

Histoire évidemment inventée par Armstrong, ce qui ne rend que plus sympathique le personnage, capable d’avoir gardé le sens de l’humour dans des circonstances si exceptionnelles où bien d’autres l’auraient perdu, et imaginé une blague dont il a eu la patience de différer la chute d’un quart de siècle.

 


 

Moi je veux des Présidents américains, parait qu'il y en a de bien....

et puis les banques c'est dégue' quand elles servent à spéculer !

 

 

 Il  y croit si tu veux mais c'est pas réciproque


ue


 

 

Un homme a disparu devant la Pyramide du Louvre à Paris...

 

Si cette personne sans abri, sculptée dans un bloc de glace, n'est pas une nouvelle victime de la rue, elle a toute fois vocation à les symboliser toutes.

La Fondation Abbé Pierre a tenu à disposer au coeur de Paris cette sculpture de glace aux premiers jours pour rappeler qu'en cette période pourtant privilégiée, on meurt autant à la rue qu'aux grands froids de l'hiver, bousculé par l'amplitude thermique, l'absence d'hygiène.


Quand on fait taire la musique de la vie...
de : La Louve >
Bellaciao  > vendredi 3 février 2012 -

 

J’étais toute à l’heure dans le métro parisien, je sortais du tribunal. Jusque là, rien de bien passionnant, rien que de très normal. Un peu fatiguée, avec cette petite baisse de tension momentanée qui suit toutes les audiences.

Entrent dans le wagon quatre hommes avec chacun un instrument, une contrebasse, deux accordéons, une guitare.
Originaires, à première vue, des Balkans. Ils nous saluent, tout sourires, et ils entament un morceau que connaissent tous les amateurs de ce genre de musique folklorique : "Pilem, Pilem". Probablement, ils sont originaires d’ex-Yougoslavie.

Immédiatement, leur enthousiasme, leur musique, leurs chants et leurs sourires gravent sur nos faces, pour la plupart tristes, renfrognées ou soucieuses, des sourires en réponse.
Instinctivement, des mains se mettent à battre pour les accompagner en rythme, deux jeunes femmes au fond du wagon se lèvent et commencent à esquisser un pas de danse, mes pieds bougent tout seuls.
En deux minutes, c’est la vie et le soleil qu’ils ont amenés dans ce train tristounet.
Ce n’est plus un métro, c’est une fête populaire au fond d’un village des Balkans.
Le temps suspend son vol et jusque dans mes os, je sens un profond bien-être. Moi aussi je souris, presque sans le vouloir.
Je suis en présence d’un moment d’humanité très fort. Nous sommes nombreux à le sentir, j’en jurerais.
Nous sommes nombreux à savoir que nous en manquons cruellement, de ce genre de moments, et nous sommes nombreux à le regretter, cela, j’en jurerais aussi.
Nous approchons de la station, le train s’arrête doucement.

Soudain, en une fraction de seconde, la musique de la vie se tait, le groupe fait silence.
Le temps que nous sortions de la torpeur bienheureuse dans laquelle ces quatre hommes nous avaient plongés, le temps que nous réalisions ce qui se passe, il est déjà trop tard.
Les musiciens sont descendus presque comme des ombres sur le quai, ils sont immédiatement entourés par cinq colosses du service de sécurité de la RATP, et le train repart.
Les gens dans le wagon sont sonnés... Nous sommes tous choqués et tristes, muets.
Où est la musique ? Où sont les Balkans ?Que va-t-il arriver aux joueurs qui nous donnaient tant de plaisir quelques secondes auparavant ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Cette question me percute la tête avec violence.

Je décide de descendre à la prochaine station et de faire demi-tour pour les retrouver.
Mais quand j’arrive, il est trop tard. Déjà.
Le quai est vide. Disparus les beaux musiciens de la vie et les vigiles du silence. Mon estomac se vrille. Ma gorge et mes poings se serrent.

Faut-il des papiers pour rendre les gens heureux ?
Faut-il des autorisations administratives pour jouer la musique de la vie ?

Silence, il faut faire silence.
Il ne faut pas rire. Il ne faut pas chanter. Il ne faut pas crier.

Ce n’est pas "seulement" du racisme.

Bien sûr, il s’agit de priver ces exilés, exilés des guerres du Kapital, d’un gagne-pain honnête, inoffensif. De les pousser à la misère et de les pousser à la fuite, à nouveau la fuite, encore la fuite, toujours la fuite, voire, de les pousser à la délinquance.

Il s’agit aussi, pour le Pouvoir, de cacher à notre vue tous ces "Autres" qu’on nous dit ne pas être "comme nous".
Sait-on jamais... si par le miracle d’une musique, par exemple, nous réalisions à quel point nous sommes frères ?
Il faut empêcher à tout prix que nous puissions nous reconnaître en eux, et eux en nous.

Et puis aussi, il faut faire taire la musique de la vie qui crée de la fraternité entre les hommes, même lorsqu’ils ne se comprennent pas.

Alors, un de nos premiers devoirs de résistance aujourd’hui, c’est un devoir intérieur.
C’est de continuer à vouloir vivre, à vouloir aimer, à vouloir rire, à vouloir écouter et chanter la musique de la vie. Librement.
C’est aussi de protéger toutes celles et tous ceux qui rendent cela possible...

Ici, Rade Šerbedžija qui chante "Pilem Pilem" :


 l ' Arme de dégustation massive:

Les Américains vont-ils abandonner les armes traditionnelles ?

 

Barack Obama a "testé", dans les couloirs centenaires de la Maison Blanche, un canon à marshmallows Barack Obama a "testé", dans les couloirs centenaires de la Maison Blanche, un canon à marshmallows

Barack Obama  s'éclate, dans les couloirs centenaires de la Maison Blanche, avec  un Canon à Marshmallows / Copie d'écran Youtube

Quand on a à portée de doigt le fameux "Bouton rouge" nucléaire, on a aussi le droit de s'éclater avec des petites armes... pour rire. C'est ce qu'on démontré le président américain Barack Obama, qui recevait des jeunes inventeurs "Made in USA" à la Maison Blanche. L'attention de "Mr Prez'" a été très vite attirée par un canon à marshmallows. Comme un enfant devant un pistolet en plastique, il n'a pas résisté à le tester. Et blop, la guimauve s'est envolée... sur un mur de la Maison blanche. Heureusement que Michelle ne fait pas le ménage...
 

Dis Mr Obama, tu veux pas remplacer toutes tes armes meurtrières  par le Canon à Marshmallow ?



"J'ai tiré un marshmallow avec un canon à air comprimé, c'était très sympa"... Barack Obama a défendu l'enseignement des sciences et salué l'ingéniosité américaine mardi7/02/2012 à la Maison Blanche, où il recevait des inventeurs en culotte courte. Obama, poli, a accueilli tous les invités de cette seconde "foire aux sciences", dont il avait auparavant longuement examiné les inventions exposées dans deux salles de la résidence.



 



Mais celle qui lui a le plus plu est sans conteste ce bon vieux canon à marshmallows, qu'il a aussitôt voulu tester devant le regard hilare de ses collaborateurs. Face à cette sulfateuse d'un nouveau genre, présenté par Joey Hudy, 14 ans, Barack a glissé, à propos des policiers d'élite qui le protègent : "Le Secret Service va être très fâché contre moi", avant d'actionner la pompe de l'arme et de tirer un projectile à travers la vénérable salle à manger historique de la Maison Blanche. Tout fier de lui, il dit alors aux journalistes qui ne s'attendait pas à une telle scène : "Allez, partons à la recherche du marshmallow"...
La guimauve s'est écrasée contre un mur près d'une porte. Le président avait auparavant invité les personnes présentes dans la pièce à s'écarter.

Ben quoi? On a droit de rêver à un avenir  plus cool pour le  genre Humain !

 


Est-ce que la vitesse à laquelle nous vivons nous fait passer à côté de grandes choses ?

Combien d'autres choses manquons-nous ?



Par un froid matin de janvier, un homme assis à une station de métro de Washington DC a commencé à jouer du violon. Il a joué six morceaux de Bach pendant environ 45 minutes. Pendant ce temps, comme c’était l'heure de pointe, il a été calculé que des milliers de personnes sont passées par la gare, la plupart d'entre elles en route vers leur travail.

Trois minutes se sont écoulées et un homme d'âge moyen a remarqué qu’un musicien jouait. Il a ralenti son rythme, a arrêté pendant quelques secondes, puis se précipita pour respecter son horaire.
Une minute plus tard, le violoniste a reçu son premier dollar : une femme jeta de l'argent dans l’étui de son violon et, sans s'arrêter, a continué son chemin.
Quelques minutes plus tard, quelqu'un s'adossa au mur pour l'écouter, mais l'homme a regardé sa montre et a repris sa marche. Il est clair qu'il était en retard au travail.
Celui qui a apporté le plus d'attention à la prestation musicale fut un petit garçon de 3 ans. Sa mère l’a tiré vers elle, mais le garçon s’est arrêté pour regarder le violoniste.
Enfin, la mère a tiré plus fort et l'enfant a continué à marcher en tournant la tête tout le temps. Cette action a été répétée par plusieurs autres enfants. Tous les parents, sans exception, les forcèrent à aller de l'avant.
Durant les 45 minutes que le musicien a jouées, seulement 6 personnes se sont arrêtées et sont restées à l’écouter pendant un certain temps. Environ 20 lui ont donné l'argent, mais ont continué à marcher à leur rythme. Il a recueilli 32 $. Quand il finit de jouer et que le silence se fit, personne ne le remarqua. Personne n'applaudit, ni n’exprima quelque reconnaissance que ce soit.

Personne ne savait cela, mais le violoniste était Joshua Bell, l'un des meilleurs musiciens au monde. Il a joué l'un des morceaux les plus difficiles jamais écrits, avec un violon une valeur de 3,5 millions de dollars.
Deux jours avant sa prestation dans le métro, Joshua Bell joua à guichets fermés dans un théâtre de Boston où un siège coûtait en moyenne 100 $.


C'est une histoire vraie. Joshua Bell joua effectivement incognito dans la station de métro

Cet événement a été organisé par le Washington Post dans le cadre d'une expérience sur la perception, les goûts et les priorités des gens. L’énoncé était: dans un environnement commun à une heure inappropriée sommes-nous en mesure de percevoir la beauté?
Nous arrêtons-nous pour l'apprécier? Savons-nous reconnaître le talent dans un contexte inattendu?
 

L'une des conclusions possibles de cette expérience pourrait être: si nous n'avons pas un moment pour nous arrêter et écouter un des meilleurs musiciens au monde jouant la meilleure musique jamais écrite, combien d'autres choses manquons-nous ?

 
HAUT DE PAGE
Parrainages: ils sont aussi menteurs !

Le FN affirme que seulement 507 signatures avaient été réunies lors de la campagne 2007. Mais le couperet n'était pas passé aussi près qu'il le dit...

"Je suis bien loin de là où nous en étions en 2007 à la même époque, alors même que nous n'avions pu déposer le dernier jour que 507 parrainages."

507, le chiffre est brandi par tous les responsables frontistes - et Marine Le Pen en premier lieu le 31 janvier - comme la preuve des "pressions" récurrentes exercées par le PS et l'UMP pour empêcher le FN d'obtenir les 500 signatures d'élus nécessaires pour concourir à la présidentielle.

Sauf que ces mêmes responsables frontistes le savent mais se gardent bien de le clamer : en réalité, 566 parrainages étaient arrivés au Conseil constitutionnel en 2007 et 554 d'entre eux avaient été validés. C'est ce que révèle Jean-Claude Colliard, président de l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne et ancien membre du Conseil constitutionnel, dans la dernière édition des "Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel".

On y apprend également que quatre autres candidats étaient restés au-dessous de la barre des 600 "présentations", selon le terme officiel : José Bové (503), Arlette Laguiller (539), Gérard Schivardi (556) et Frédéric Nihous (597).

Jean-Marie Le Pen n'était donc pas un cas isolé et le couperet n'était pas passé aussi près qu'on avait bien voulu le dire. Même si le candidat FN arrivait loin derrière ses trois concurrents les plus parrainés : François Bayrou (1384), Nicolas Sarkozy (3461) et Ségolène Royal (3500).  (Par Julien Martin dans le Nouvel Obs)


Aidez cet enfant à ne pas devenir une racaille et à ne pas subir les foudres du Kärcher


C’est dur la vie dans la Cité !

Un vilain garnement ?
Selon les informations de RTL, Louis Sarkozy, dernier fils de Nicolas Sarkozy, aurait pris pour cible, jeudi 8 mars 2012i, une policière en faction rue du faubourg Saint-Honoré, en face de l'Elysée.
En compagnie d'un ami, le plus jeune fils du chef de l'Etat, bientôt âgé de 15 ans, a tiré, depuis la cour du palais présidentiel où ils jouaient, plusieurs billes et lancé une tomate en direction de la gardienne de la paix, qui a été touchée à la joue.
C'est en traversant la rue pour interroger les gendarmes en poste à l'entrée de l'Elysée que la policière a découvert le pot aux roses et l'identité du suspect. Elle a alors décidé de rédiger un rapport mais n'a pas porté plainte.
Et c'est finalement Nicolas Sarkozy en personne, gêné par cette histoire, qui a reçu la gardienne de la paix vendredi matin pour lui présenter ses plus plates excuses.
La jeune femme pourra, par ailleurs, être mutée si elle en fait la demande à l'administration.
 

Aidez cet enfant : rendez- lui son Papa en Mai 2012 !!!


Elle a choisi pour thème le bout du bout de la vie, celui que nous redoutons tous, et elle l'a transcendé.

Alma, lycéenne, 16 ans, vient de remporter le 15e concours de plaidoirie organisé par le Mémorial de Caen 27 janvier 2012.

 
 

IL FAIT SI BON VIEILLIR !

 

HAUT DE PAGE

Quand les Patrons se garantissent de ces " pelés et galeux" des élus du Prud'homme...

@Mail recu ce jour  28.03.12

En cas de litige prud'homal, les employeurs peuvent désormais être indemnisés, non seulement des frais de justice, ce que garantit une traditionnelle protection juridique, mais bien au-delà : des dommages et intérêts auxquels ils seraient condamnés.
Cette nouvelle assurance peut être souscrite directement en ligne. Nous vous invitons à visiter ce site:http://www.pruXXXX.fr
Il faut savoir que :
98.9 % des litiges prud'homaux sont déclenchés par le salarié...
63.2 % des litiges prud'homaux sont gagnés par le salarié...
En moyenne, un litige prud'homal coûte environ 20 000 €...

 

Hommage du vice à la vertu, ils reconnaissent  de fait, l'efficacité des élus des Travailleurs dans cet organisme.

Vous comprendrez aussi que le lien proposé ait été désactivé car si le Patronat a besoin d'un recours aux assurances privées,  le recours à leurs représentants syndicaux demeure pour les travailleurs, la meilleure des assurances !


Le plus bel  des hommage:

 Raymond Aubrac, l'un des derniers cadres de la Résistance, est mort mardi 10/04/2012 à l'âge de 97 ans à l'hôpital militaire du Val de Grâce. Il était l'une des dernières personnalités de la Résistance à avoir connu Jean Moulin.

... son œuvre !

 Clic>>> "Et Aubrac lança les réquisitions à Marseille"


Lettre de Philippe Torreton ...

...à Jean Ferrat !

 

 
Jean,

J'aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J'aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu'à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j'étais à Entraigues il n'y a pas si longtemps et je n'ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c'est sacré !

Pardon te t'emmerder, mais l'heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d'idées , je ne sais pas si tu vois tout, de là haut, ou si tu n'as que les titres d'une presse vendue aux argentiers proche du pouvoir pour te tenir au parfum, mais l'heure est grave!

Jean, écoute-moi, écoute-nous, écoute cette France que tu as si bien chantée, écoute-la craquer, écoute la gémir, cette France qui travaille dur et rentre crevée le soir, celle qui paye et répare sans cesse les erreurs des puissants par son sang et ses petites économies, celle qui meurt au travail, qui s'abîme les poumons, celle qui se blesse, qui subit les méthodes de management, celle qui s'immole devant ses collègues de bureau, celle qui se shoote aux psychotropes, celle à qui on demande sans cesse de faire des efforts alors que ses nerfs sont déjà élimés comme une maigre ficelle, celle qui se fait virer à coups de charters, celle que l'on traque comme d'autres en d'autres temps que tu as chantés, celle qu'on fait circuler à coups de circulaires, celle de ces étudiants affamés ou prostitués, celle de ceux-là qui savent déjà que le meilleur n'est pas pour eux, celle à qui on demande plusieurs fois par jour ses papiers, celle de ces vieux pauvres alors que leurs corps témoignent encore du labeur, celles de ces réfugiés dans leurs propre pays qui vivent dehors et à qui l'on demande par grand froid de ne pas sortir de chez eux, de cette France qui a mal aux dents, qui se réinvente le scorbut et la rougeole, cette France de bigleux trop pauvres pour changer de lunettes, cette France qui pleure quand le ticket de métro augmente, celle qui par manque de superflu arrête l'essentiel...

Jean, rechante quelque chose je t'en prie, toi, qui en voulais à D'Ormesson de déclarer, déjà dans le Figaro, qu'un air de liberté flottait sur Saigon, entends-tu dans cette campagne mugir ce sinistre Guéant qui ose déclarer que toutes les civilisations ne se valent pas? Qui pourrait le chanter maintenant ? Pas le rock français qui s'est vendu à la Première dame de France. Ecris nous quelque chose à la gloire de Serge Letchimy qui a osé dire devant le peuple français à quelle famille de pensée appartenait Guéant et tout ceux qui le soutiennent !

Jean, l'Huma ne se vend plus aux bouches des métro, c'est Bolloré qui a remporté le marché avec ses gratuits. Maintenant, pour avoir l'info juste, on fait comme les poilus de 14/18 qui ne croyaient plus la propagande, il faut remonter aux sources soi-même, il nous faut fouiller dans les blogs... Tu l'aurais chanté même chez Drucker cette presse insipide, ces journalistes fantoches qui se font mandater par l'Elysée pour avoir l'honneur de poser des questions préparées au Président, tu leurs aurais trouvé des rimes sévères et grivoises avec vendu...

Jean, l'argent est sale, toujours, tu le sais, il est taché entre autre du sang de ces ingénieurs français. La justice avance péniblement grâce au courage de quelques uns, et l'on ose donner des leçons de civilisation au monde...

Jean, l'Allemagne n'est plus qu'à un euro de l'heure du STO, et le chômeur est visé, insulté, soupçonné. La Hongrie retourne en arrière ses voiles noires gonflées par l'haleine fétide des renvois populistes de cette droite "décomplexée".

Jean, les montagnes saignent, son or blanc dégouline en torrents de boue, l'homme meurt de sa fiente carbonée et irradiée, le poulet n'est plus aux hormones mais aux antibiotiques et nourri au maïs transgénique. Et les écologistes n’en finissent tellement pas de ne pas savoir faire de la politique. Le paysan est mort et ce n’est pas les numéros de cirque du Salon de l’Agriculture qui vont nous prouver le contraire.

Les cowboys aussi faisaient tourner les derniers indiens dans les cirques. Le paysan est un employé de maison chargé de refaire les jardins de l'industrie agroalimentaire. On lui dit de couper il coupe, on lui dit de tuer son cheptel il le tue, on lui dit de s'endetter il s'endette, on lui dit de pulvériser il pulvérise, on lui dit de voter à droite il vote à droite... Finies les jacqueries!

Jean, la Commune n'en finit pas de se faire massacrer chaque jour qui passe. Quand chanterons-nous "le Temps des Cerises" ? Elle voulait le peuple instruit, ici et maintenant on le veut soumis, corvéable, vilipendé quand il perd son emploi, bafoué quand il veut prendre sa retraite, carencé quand il tombe malade... Ici on massacre l'Ecole laïque, on lui préfère le curé, on cherche l'excellence comme on chercherait des pépites de hasards, on traque la délinquance dès la petite enfance mais on se moque du savoir et de la culture partagés...

Jean, je te quitte, pardon de t'avoir dérangé, mais mon pays se perd et comme toi j'aime cette France, je l'aime ruisselante de rage et de fatigue, j'aime sa voix rauque de trop de luttes, je l'aime intransigeante, exigeante, je l'aime quand elle prend la rue ou les armes, quand elle se rend compte de son exploitation, quand elle sent la vérité comme on sent la sueur, quand elle passe les Pyrénées pour soutenir son frère ibérique, quand elle donne d'elle même pour le plus pauvre qu'elle, quand elle s'appelle en 54 par temps d'hiver, ou en 40 à l'approche de l'été. Je l'aime quand elle devient universelle, quand elle bouge avant tout le monde sans savoir si les autres suivront, quand elle ne se compare qu'à elle même et puise sa morale et ses valeurs dans le sacrifice de ses morts...

Jean, je voudrais tellement t'annoncer de bonnes nouvelles au mois de mai...

Je t'embrasse.

Philippe Torreton  (avril 2012)


Un manuscrit fondateur de Jean Jaurès vendu à un particulier mais.. clique là ...

Alors que l'Humanité par la voix de son directeur, Patrick Le Hyaric, avait mis en garde, dans une lettre adressée au ministre de la Culture, pour que ce manuscrit "ne devienne pas un objet de spéculation", un particulier français en a fait l'acquisition pour 178.000 euros.

Ce manuscrit rare de Jean Jaurès, de 121 pages, considérée comme
un texte fondateur pour le Parti socialiste puisqu'il s'agit d'un discours prononcé en 1908 à Toulouse au congrès de la SFIO (Section française de l'Internationale) a trouvé acquéreur en la personne d'un particulier français qui l'a acheté 178.000 euros, malgré les appels nombreux pour qu'il rejoigne les collections publiques, a indiqué mercredi le commissaire-priseur qui l'a vendu. L'Etat, informé par ce dernier, a quinze jours pour faire jouer son droit de préemption et faire en sorte que le document de la main de cette grande figure socialiste et pacifiste tombe dans le domaine public, a indiqué Me Stanislas Machoïr.

Ce discours offrit une synthèse fédératrice au parti qui fut l'ancêtre du PS et dont l'unité restait fragile trois ans après sa création. Il permit à Jaurès de rallier le congrès et d'affirmer sa prééminence chez les socialistes. Jaurès, originaire du Tarn dont il fut le député, le donna à une famille d'Albi qui le conserva religieusement pendant des décennies avant de se laisser convaincre de le vendre. Le manuscrit avait été mis aux enchères le 25 mars à Montastruc-la-Conseillère (Haute-Garonne), avec le bon à tirer et le journal Le Cri des travailleurs pour lequel Jaurès avait fait un article de son discours. Mais le lot, estimé entre 150 et 200.000 euros par le commissaire-priseur, avait été retiré de la vente. L'offre la plus élevée faite ce jour-là, un peu plus de 140.000 euros, était insuffisante pour le propriétaire.

Depuis, Me Machoïr a trouvé un acheteur "de gré à gré" pour 178.000 euros, TVA et honoraires compris. Le commissaire-priseur n'a pas dévoilé l'identité de l'amateur. Il a informé mardi les Archives nationales, à charge pour l'Etat de décider s'il préempte ou non. Dans un tel cas, l'Etat devrait couvrir la somme de 178.000 euros, a indiqué Me Machoïr.

Les appels à l'intervention de l'Etat avaient été nombreux au moment de la vente. Le manuscrit doit entrer dans les collections publiques et ne pas "devenir objet de spéculation", écrivait Patrick Le Hyaric, directeur de L'Humanité, le journal fondé par Jaurès dans un courrier adressé à Frédéric Mitterand, ministre de la Culture, au mois de mars dernier. "Il est très troublant et même à certains égards révoltant qu’une oeuvre de Jean Jaurès, homme de lettres, philosophe, parlementaire qui a tant donné à notre pays et à la République, puisse devenir objet de spéculation", précisait Patrick Le Hyaric.

Ce document n'avait pas trouvé preneur lors de la vente aux enchères du 25 mars dernier, Patrick Le Hyaric s’était félicité que « l’opération commerciale qui visait à spéculer sur la valeur de ce document » ait échoué. Le prix de la mise en vente — entre 150 000 et 200 000 euros — était équivalent, dénoncait-il, à « une année de fonctionnement d’un service de conservation ou encore au budget total alloué par l’Etat pour l’achat de tels documents »

Des experts interrogés alors reconnaissaient la valeur patrimoniale et scientifique du document, mais trouvaient le prix exagéré.

 L' Humanité le 16 Mai 2012

Ce discours manuscrit et annoté par Jean Jaurès avait été conservé pendant des décennies par une famille d’Albi.

...Ce discours manuscrit et annoté par Jean Jaurès avait été conservé  religieusement par une même famille d’Albi à qui Jaurès l’avait donné, ce document avait suscité l’intérêt de Georges Frêche, l’ancien président de la Région Languedoc-Roussillon, décédé le 24 octobre 2010. En 2009, Georges Frêche, originaire comme Jaurès du Tarn, et grand admirateur de Jaurès dont il a fait ériger deux statues à Montpellier avait rencontré cette famille. "Il s’était montré très intéressé, mais finalement, l’affaire n’avait pas pu se faire", avait indiqué en mars une source proche des vendeurs.

Midi Libre.Fr

 

Mercredi 30 mai 2012
Mais.... le manuscrit de Jaurès  restera finalement dans le domaine public . L’État a exercé son droit de préemption sur le document au bénéfice des archives départementales du Tarn, département où est né Jaurès et dont il fut le député.

Deux mois et demi de luttes des élus communistes, de plusieurs historiens et personnalités (l’écrivain Régis Debray, le cinéaste Robert Guédiguian, le peintre et plasticien Ernest Pignon-Ernest…) auront été nécessaires pour que «le document à la valeur morale et patrimoniale forte», selon les mots du président de la Société d’études jaurésiennes Gilles Candar, rejoigne le domaine public.

Le 14mars, déjà, Patrick Le Hyaric avait lancé un appel public dans un courrier adressé au ministre de la Culture de l’époque pour que le manuscrit, estimé au prix exorbitant de 150 000 à 200 000 euros par ses propriétaires et le commissaire-priseur Stanilas Machoïr, ne devienne «pas objet de spéculation» mais «soit préempté par l’État afin de rejoindre les collections nationales».

Mis aux enchères, le 25mars, à Montastruc-la-Conseillère, en Haute-Garonne, le document avec le bon-à-tirer et le journal le Cri des travailleurs n’avaient pas trouvé preneur....  Mais, le 16 mai dernier, le commissaire-priseur avait finalement réussi à vendre directement le manuscrit à un particulier français pour 178 000euros !

L’État est intervenu, hier 30 mai, pour préempter le document à l’intérêt patrimonial et national évident. Il en coûtera 178 000 euros au conseil général, subventionnés à 50% par le ministère de la Culture. «C’est grâce à l’engagement financier à part égale du conseil général du Tarn et du ministère – ils doivent être remerciés – que le texte rejoindra les archives départementales du Tarn. Il pourra être sujet d’étude et être exposé au public.

Cette pièce de la vie politique française va retrouver la lumière. Le puissant message d’espoir en faveur de l’émancipation et du progrès humain délivré par Jean Jaurès dans ce texte pourra ainsi être transmis, notamment en direction des jeunes générations».
 


Est-ce ainsi que les Hommes vivent dans notre Monde Libéral ?

Vite ! Changeons-le !!!
Marseille : ces Roms qui vivent sous terre

En surplomb de la voie express, l'entrée de la cité souterraine de Frais-Vallon (13e): une galerie de 50 m sous la rocade, où se terrent des familles roms.

 

Les rats ne sont pas les seuls habitants des villes qui vivent sous la terre, ne se risquant à la lumière que pour aller chercher leur nourriture dans les poubelles. À Marseille, des êtres humains mènent cette existence de fantômes. Entre eux, d'ailleurs, ils s'appellent "les invisibles" : au cours de sa longue errance, le peuple rom a appris que pour éviter les ennuis, il vaut mieux ne pas se faire repérer. C'est pourquoi très peu d'enfants roms sont inscrits à l'école. Et leurs familles, inconnues des services sociaux, demandent rarement une aide.

Mais "invisibles", certains le sont vraiment devenus. Chassés, pourchassés, délogés de leurs squats et de leurs campements, ces familles-là se terrent. Sous le bitume. Une colonie entière planquée sous la rocade de Frais-Vallon.

Une galerie sous le bitume

Les milliers d'automobilistes qui y passent chaque jour ne se doutent pas que des enfants jouent sous les roues de leur voiture, à l'intérieur de la passerelle, juste derrière le mur de soutènement de la voie express. C'est là, dans la pénombre, au milieu des déchets amoncelés, que des dizaines d'êtres humains vivent comme des rats.

Passé le rideau de mouches qui bourdonne à l'entrée, on s'enfonce dans le noir, saisi à la gorge par une insoutenable odeur de brûlé et de moisi.

Ils ne sont que six ce jour-là, qui nous accueillent avec le sourire, dans le vacarme des voitures qui fait trembler le plafond. "Pas de problème, on est bien ici, à l'abri". Autour d'un brasero, ils racontent qu'ils ont trouvé cette cachette par hasard, il y a quelques mois, et l'ont peu à peu aménagée. Des cabanes en bois avec des matelas font désormais office de chambrettes. Ici et là, des posters, des calendriers. À l'entrée, où perce un peu de lumière, il y a même un coin salon, meublé de vieux canapés.

Bien pratique aussi, cet immense couloir, long d'une cinquantaine de mètres, qui s'enfonce sous la passerelle. Les occupants y entreposent leurs affaires, vêtements, ferraille, métaux, résidus de poubelles. "Et chez vous, on trouve parfois des trésors dans les ordures ". Récemment un Iphone, en parfait été de marche.

Demain, une partie de ces richesses sera exportée en Roumanie. Le "bus du samedi" fait les allers-retours moyennant 80 € le passage. Chaque semaine, il conduit des Roms de Marseille au pays. D'autres, arrivés dans le même véhicule, viendront prendre leur place dans la cité cachée de Frais-Vallon. Et cette fois, plusieurs enfants seront du voyage.

Risque d'incendie

"Tout ce qu'on veut, c'est gagner un peu d'argent ici, et rentrer chez nous pour aider la famille", dit une jeune femme qui prendra le car demain. Elle sera de retour dans quelques semaines pour reprendre son "travail" au feu rouge de la Rose.

"Parqués dans des camps pendant l'ère Ceaucescu, les Roms de Roumanie ont perdu la culture du voyage. S'ils se déplacent en Europe, c'est juste pour survivre", explique un connaisseur du problème.

Et pour survivre à Marseille, où les pouvoirs publics ont renforcé les dispositifs d'expulsion, les Roms deviennent des ombres : quand la misère se fait souterraine, pas de risque de gêner les voisins. Il est d'ailleurs possible que d'autres camps "invisibles" aient été aménagés dans le ventre de la ville.

Ces squats sont autant de bombe à retardement. Au-delà même des risques sanitaires pour les occupants de ces cloaques, la survenue d'un incendie est à redouter. Autour du brasero qui crépite jour et nuit, on se dit qu'il suffirait d'un rien pour que le feu se propage dans la galerie sans issue, bourrée de matériaux inflammables et de bouteilles de gaz.

Piégés par les flammes, les Roms qui hantent la rocade de Frais-Vallon échapperaient alors définitivement à nos regards.


J'ai honte à MA FRANCE
 


À Sanary, la commune annonce qu’elle va couper l’eau à tout le quartier Beaucours pour faire partir les gens du voyage du terrain Pechiney.
De son côté, la justice a donné aux gens du voyage un ultimatum fixé au 24 juin.
 

Couper l’eau à un quartier, quel manque d’imagination !

Elle aurait pu aussi couper l’électricité, imposer un couvre-feu, amener des chiens et les fusils, mettre enfants et femmes d’un coté, hommes de l’autre, et en route vers un autre terrain, un camp celui-là, avec barbelés comme au bon vieux temps...


En attendant la suite, voici le courrier que le maire a envoyé aux habitants du quartier :

Voir la lettre du Maire de Sanary aux riverains du quartier Beaucours

Petit rappel de la loi :
L’obligation de mettre à la disposition des gens du voyage une ou plusieurs aires d’accueil incombe à toutes les communes qui figurent au schéma départemental, c’est-à-dire à toutes les communes de plus de 5 000 habitants, mais aussi à d’autres, plus petites...

 


Elle a essayé l'Amérique Lily
Ce Grand pays démocratique Lily

(...)


Etats-Unis : la Cour suprême valide le contrôle au faciès en Arizona

La Cour suprême des Etats-Unis a approuvé, lundi 25 juin, une disposition très controversée d'une loi sur l'immigration de l'Arizona, le contrôle au faciès, marquant une défaite pour l'administration Obama, qui lui avait demandé de la rejeter. (..)
(...)Dans une décision unanime des huit juges ayant participé au vote, la plus haute juridiction du pays a confirmé la mesure de contrôle au faciès de cette loi.


Du 24 juin au 5 juillet l’atelier du Collectif (ou plusieurs de ses membres) va à la rencontre de plusieurs associations de France dont les actions se rapprochent du Collectif les Morts de la rue SOURCE



2 juillet  2012:  à Marseille où nous rencontrons les Collectifs de Toulon et Marseille

Le Matin,  nous sommes allés au cimetière où recueillement et révolte ont été présents. Recueillement auprès de tombes où l’un ou l’autre nous évoque une vie. Une femme âgée, chanteuse de rue, un jeune homme de 35 ans, une jeune femme décédée dans un hall d’immeuble… Pour ces personnes évoquées, nous avions pris des galets à la Rochelle et invitons l’un ou l’autre à écrire un mot d’amitié…

 

 

 

 

Des mégots sur des cendres !

     

   

Des ossements.... A quel homme, quelle femme ont-ils appartenus?

 

Révolte et colère auprès de tombes où la décence légale n’est pas respectée. Des os. des ossements, là… distincts, une côte, une vertèbre… et on se dit qu’on ne peut le taire. Cela doit être vu pour changer !!! D’autres rencontres dans d’autres villes nous ont montré que ce chemin de dignité peut être parcouru !!!

On ne peut laisser ainsi ! On ne peut surtout se taire et le taire !

 Honte à cette société qui ne respecte ni ses pauvres , ni ses morts !

 

Je fais parvenir mon indignation au Maire de Marseille   

 Affaire >>>><<<<<à suivre !

Ecrire au Maire


Des touristes juifs en quête de sensations apprennent à tirer en Cisjordanie
Un instructeur israélien apprend à une touriste américaine comment tirer, dans un centre de Cisjordanie, le 2 juillet 2012"On est venus montrer aux enfants comment les Israéliens se protègent et en même temps passer un bon moment", explique Norman Salomon, 65 ans, un juif américain, lunettes de protection sur les yeux, entre deux tirs lors d'un entraînement dans un champ de tir de Cisjordanie.

Agent immobilier de Los Angeles, M. Salomon profite de ses vacances pour passer deux heures à Caliber 3. Ce camp d'entraînement pour professionnels, situé près de la colonie d'Efrat, dans le bloc de colonies de Gush Etzion, au sud de Jérusalem, accueille toute l'année soldats, policiers et gardes de sécurité.

Mais depuis trois ans, plusieurs centaines de touristes, en particulier Juifs américains, y suivent chaque été une rapide initiation théorique au maniement des armes à feu, suivie d'une séance de tirs encadrée par des instructeurs.

"Notre programme allie les valeurs du sionisme avec l'excitation et le plaisir de tirer (...) le contact avec de vrais soldats qui ont expérimenté la lutte antiterroriste donne une authenticité à tout ce qui est montré et enseigné", peut-on lire dans le descriptif du programme sur l'internet.

Le calme relatif qui prévaut en Cisjordanie ces dernières années a permis à ces stages de devenir une des principales attractions touristiques de la région. Des familles entières, femmes et enfants compris, y participent d'ailleurs.

"C'est une expérience amusante pour toute la famille", explique Rachel, une jeune mère de famille, tenant un bébé dans les bras. Ses trois autres enfants âgés de moins de dix ans ont suivi les explications des instructeurs mais ne sont autorisés à tirer qu'avec des fusils paintball.

Quand les hommes vivront d'amour...


Elle a essayé l'Amérique Lily 2

Le pasteur d'une église baptiste de Crystal Springs, dans le Mississippi (sud des Etats-Unis), a refusé de marier un homme et une femme dans son église parce qu'ils étaient noirs, ont rapporté dimanche 29 juillet les médias américains.

Le pasteur Stan Weatherford, qui est blanc, a expliqué à la chaîne de télévision ABC qu'il n'y avait jamais eu de mariage de Noirs dans la First Baptist Church de Crystal Springs depuis sa création en 1883.

Des fidèles de l'église l'ont menacé d'être remplacé s'il acceptait d'y organiser une cérémonie pour le mariage de Charles et Te'Andrea Wilson, a-t-il assuré, soulignant qu'il avait proposé au couple de les marier dans une autre église proche et dont les fidèles sont majoritairement noirs.

"Comment peut-on expliquer à une fillette de 9 ans 'On ne peut pas se marier ici, parce que, devine quoi ma chérie ? on est noirs'", a réagi Charles Wilson sur une filiale locale d'ABC, évoquant sa fille.

D'après la chaîne de télévision CNN, les futurs époux ont appris que la cérémonie ne pouvait pas avoir lieu dans l'église qu'ils avaient initialement choisie la veille de leur mariage, qui devait avoir lieu le 20 juillet. Il a finalement été célébré dans une autre église le lendemain.

 

 RETOUR-PAGE ACCUEIL -RETOUR